Si prés ...

Si prés ... Si loin ...

Recevoir Creteil Palais, qui a ses habitudes en  Futsal DH (le plus haut niveau en Ligue), est loin d'être une sinécure même si elle se déplace avec la moitié de l'équipe réserve pour ce match de coupe. C'est un match de gala qui attendait le Partout Athis au Gymnase Hébert. Le genre de rencontre où il y a nettement plus à gagner qu'à perdre, où un groupe peut montrer sa vaillance, sa combativité, son envie. Hier soir, on devait avoir 9 combattants pour espèrer....

On peut pas dire que notre début de match fut au niveau. Sans être très impressionné par l'équipe d'en face, au bout d'à peine 10 minutes de jeu, on se retrouve mené 0 - 4. Certes, on a manqué cruellement de réussite alors qu'à l'inverse, Creteil en a eu d'une façon insolente :  Le controle raté qui se transforme en contre pied parfait, la glissade qui se transforme en passe décisive. Mais on ne peut se retrancher uniquement sur le manque de chance. Impressionné, on s'est laissé marcher dessus. Leur jeu dur sur Lucio, l'impact des Avants, un jeu stéréotypé mais efficace nous ont complètement empeché de développer notre jeu. A la 12 ème minute, lors du temps mort demandé, nous avons 4 buts dans la musette. Sur la touche, les "plus que supporters", que nous sommes, sont inquiets. Nico la Famille et Jean Luc prennent la parole, Lucio est impliqué, Junior calme. C'est probablement à ce moment là que le match a changé de visage. Comme si on avait compris que pour s'amuser ce soir, il fallait tirer dans le même sens et tous ensemble.

Juste après le temps mort, Micka s'arrache pour marquer du bout du pied et ramener le score à 1-4. Deux minutes plus tard, une superbe action d'école lancée par un joli jeu en triangle entre Nico, Fabian et Micka amène Lucio devant le but pour inscrire notre deuxième but de la soirée. Dans nos buts,  Nico Tapala assurait l'essentiel sur les actions cristolliennes. Juste avant la mi temps, Lucio déclenche une frappe géniale, surpuissante et excentrée qui va se loger lucarne opposée. Voilà comment en 10 minutes, nous sommes presque revenu à hauteur de Creteil. Et c'est pas un hasard. Hésitant au début en défense, nos 4 gars se sont mis au diapason : Fabian jouait simple mais bien, Nico amenait sa vista, Junior son impact et son physique et Brice sa vaillance et son sens du jeu. Devant,  le physique de Jean Luc a aidé les autres attaquants à monter d'un cran. Simon effacé au début de match s'est repris. Lucio a flambé en faisant 10 minutes de haute facture et Micka a fait un boulot impressionnant tout en restant efficace. A la mi temps, certes nous sommes mené 4 - 3. Mais on se dit qu'il y a la place. Surtout si on garde cet état d'esprit irréprochable.

Au début de la seconde période, les Cristolliens -tancé par leur coach- pressent plus haut. La fébrilité les gagne, l'énervement aussi. Inefficace, stérile dans le jeu, certains joueurs cristolliens essaient la provocation comme arme magique. Le résultat est affligeant. Brouillon et hautain, certains joueurs cristolliens se perdent dans leur délire de "haut niveau". "Mon jeu c'est de te faire pêter les plombs" (sic) nous déclare probablement le plus mauvais des attaquants adverses qui a complètement perdu sa maitrise et son jeu en seconde période devant un Junior restant inflexible et d'un calme olympien rendant encore plus pathétiques et navrantes  les tentatives puériles de l'adversaire. Tel est pris qui croyait prendre. La médiocrité ne paie pas.

Loin de ses enjeux, nos gars sont restés dignes. Lucio qui a décidemment bien grandi dans son jeu et dans son envie craque malgré tout sous les coups de butoirs des butors adverses. On sent qu'il lache le match sous les coups non sifflés des défenseurs. Mais il est là. Il reste sur le terrain, la tête haute. Défensivement, nos 4 gars s'arrachent et ne laissent rien passer. Les 4 gars de devant viennent aider. A 8 minutes de la fin du match, Micka enchaine un controle orienté et un dribble franchement époustouflant avant d'enchainer une frappe surpuissante qui se loge sous la barre. Nous sommes revenus à 4-4. Le coach Cristollien prend de suite un temps mort.


Créteil Palais va donc jouer plus haut, plus serré. Leur objectif ? Nous priver de ballon. Et ça marche. Mais la volonté de nos joueurs, la solidarité nous laissent dans le match. Nico la Famille a une première balle de match mais même en s'arrachant il n'arrive pas à pousser le ballon au fond, Jean Luc se créera une deuxième occasion nette.  Mais à 3 minutes et 15 secondes de la fin,  Creteil sur un corner va faire la différence sur un tir en angle fermé. C'est l'histoire de quelques minllmètres. Une histoire qui change tout. A 20 secondes de la fin, Jean Luc aura l'occasion d'égaliser sur un dernier coup franc. Le mur va contrer la frappe et le ballon ira mourrir à quelques centimètres du poteau. Le sort du match en est jeté. Créteil l'emportera 5-4.


On peut être fier de nos gars. Non seulement de leur jeu mais aussi de leur attitude. On peut perdre et sortir la tête haute. La fin ne justifie pas toujours les moyens. Nous avons perdu mais sans jouer au voyou, en respectant notre sport mais sans se faire marcher dessus. On reconnait les Hommes avec un grand H sur des matchs comme hier. Sans contestation possible, on peut affirmer qu'hier, ces Hommes jouaient au Partout Athis.

Coupe futsal

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site